Târâ la Bienveillante

Modèle : Zoé Roulon

La légende de Tara :

Texte pris sur le site bouddhisme au feminin

Selon la tradition, Târâ était, à l’origine, une jeune fille qui devint une déesse. Tout commence dans la nuit des temps, à l’époque du Bouddha « Son du Tambour ». Vivait alors une princesse du nom de « Lune de Sagesse » qui, pendant dix millions d’années, fit chaque jour d’immenses offrandes à Son du Tambour et à ses disciples. Elle fit aussi, en sa présence, la promesse d’atteindre l’Éveil pour secourir tous les êtres, et de se consacrer sans cesse à leur bien. Les moines lui dirent alors que, pour atteindre son but, elle devrait prier afin de renaître homme et non point femme. Lune de Sagesse, qui ne voyait rien à redire à sa féminité, n’apprécia guère leur commentaire et, après leur avoir fait remarquer que, en ce qui concerne l’Éveil, il n’existe ni homme ni femme, elle leur déclara:

« Beaucoup désirent l’Éveil dans un corps masculin, mais personne n’oeuvre pour le bien des êtres dans un corps féminin. C’est pourquoi, jusqu’à ce que le Samsâra (Cycle des existences) soit vide, Je travaillerai pour le bien-être de tous les êtres dans un corps féminin ».

Puis, pendant dix millions d’années, elle pratiqua jusqu’à ce qu’elle atteigne la complète réalisation et devienne capable de libérer dix millions d’êtres chaque matin et autant le soir. C’est alors que Bouddha Son du Tambour déclara qu’elle serait désormais connue sous le nom de « Târâ », la Libératrice.

Assise en position du lotus, Târâ tient un lotus de la main gauche et possède des yeux au milieu du front, dans chaque paume de la main et sur les plantes des pieds

Târâ est notre mère à tous, notre Sainte Mère. Quand nous sommes des enfants, nous nous tournons vers notre mère mondaine pour qu’elle nous aide. Elle nous protège des dangers immédiats, nous fournit tout ce dont nous avons besoin temporairement, nous guide et nous en courage dans nos études et notre développement personnel.

De la même manière, pendant notre croissance spirituelle, nous avons besoin de nous tourner vers notre Sainte Mère, Târâ, pour prendre refuge. Elle nous protège contre tous les dangers intérieurs et extérieurs, elle nous fournit toutes les conditions nécessaires à notre entraînement spirituel, et elle nous guide et nous inspire grâce à ses bénédictions pendant que nous avançons sur la voie spirituelle.

Si nous récitons les vingt et un versets de louange, nous allons recevoir des bienfaits inconcevables. Ces louanges sont très puissantes car elles sont soutra, les paroles mêmes de Bouddha. En faisant des prières et des requêtes à notre Mère Târâ, le bouddha féminin de la sagesse et de la compassion active, nous faisons grandir notre courage exempt de peur pour la servir dans le respect et la compassion.

Vie après vie, Târâ s’est manifestée sous une forme féminine pour montrer que l’illumination peut être atteinte aussi bien par les femmes que par les hommes, qui veulent ouvrir le coeur et recevoir la bienveillance et la compassion.

Modèle : Zoé Roulon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + 4 =